Nationalité espagnole
Né en 1962 à Barcelone (Espagne)
Vit et travaille à Barcelone (Espagne)
Biographie
Bibliographie
Liste expositions

Jordi Colomer, conférence au Centre POMPIDOU, "Vidéo et après" le 3 novembre 2008

Biographie

Jordi Colomer est né à Barcelone le 23 février 1962 (…).

En 1977, Colomer vit l'effervescence de la Barcelone postfranquiste et participe aux fameuses " Jornadas libertarias " dans le parc Güell. Dès 1980, il fréquente les cours de l'École d'art et design de Barcelone, EINA, institution indépendante communément appelée " Bauhaus de Vallvidrera ", du nom du quartier où elle était établie. Il y suit un séminaire consacré à la " scénographie de la fête ", et participe à la fondation du magazine Àrtics, tandis qu'il est de nouveau sujet à des crises de fièvre hallucinatoire. Peu après, il s'inscrit à la faculté d'histoire de l'art, qu'il quitte pour celle d'architecture en 1983. Colomer est alors déjà une figure bien connue des nuits du Teatro Maravillas et de l'Avenida del Paralelo, où on l'aperçoit souvent en compagnie de la célèbre vedette Tania Doris.

Pendant cette période de formation, il met en pratique le principe des vases communicants entre sculpture, architecture, performance, photographie et théâtre. Seule la pratique artistique paraît finalement répondre à la diversité de ses intérêts et, en 1986, a lieu sa première exposition à l'Espai 10 de la Fondation Joan Mirò de Barcelone, sous le titre Prototips Ideals. En 1989, il voyage en Bulgarie et découvre les ultimes splendeurs des studios Boyana. En 1991, il s'installe à Paris où il vivra désormais, par intermittence. Au cours de ces années, ses recherches gravitent autour des rapports problématiques entre photographie et échelle, architecture et sa représentation.

Dans son exposition de 1994 au Tinglado 2, à Tarragone, Jordi Colomer présente ses premières sculptures " portatives ", hybrides entre la scène de théâtre et le fragment d'architecture. En 1994 et 1995, il étudie de manière exhaustive le cinéma allemand de l'entre-deux-guerres et découvre à Munich l'œuvre filmographique de Karl Valentin qui, précipitant son utilisation de la vidéo, laissera une trace importante dans son travail. Un peu plus tard, en 1997, il présente au MACBA sa première vidéo, Simo, bientôt suivie de Pianito (1999) et Les Jumelles (2000), chacune étant installée dans une salle de projection spécifique.

Parallèlement, Colomer collabore comme scénographe à des représentations de pièces de Beckett, Novarina, Ashley ou Brossa. Avec Le Dortoir (2001) s'achève sa période de films de studio, et débute celle des œuvres-voyages : Père Coco (2002), Anarchitekton (2002-2004), Arabian Stars (2006) parcourent la France, le Brésil, la Roumanie, le Japon et le Yémen. Après avoir survécu à un accès de fièvre, occasionné par un moustique lunfardo, il réalise dans le désert de l'Atacama, au Chili, son projet le plus récent, En la pampa (2008). Cette œuvre marque le début d'une étape nouvelle, dont seul l'avenir révélera la forme.


Pablo Siracusa, Paris 2008

Extrait de la biographie publiée dans Fuegogratis, Jordi Colomer, Paris (France), Editions Le Point du Jour, 2008.